• Inclassable #01 - Ma passion pour les ZOMBIES

    Partager cet article sur Twitter

     

    We're ready for the apocalyspe. Are you ?

    Le titre est très accrocheur. N'est-ce-pas ? Toujours est-il que c'était le but recherché. Pour cet article Inclassable, je vais vous parler de ma passion pour le déchiquetage de zombies. Comme le suggère plus ou moins le titre.

    Dans le monde vidéoludique, les zombies ont une place à part. Beaucoup de jeux leurs sont consacrés, et on a de tout. Du jeu très classique où on tabasse du zombie à la pelle en mode apocalypse et survie, au jeu beaucoup moins classique où tu tranches littéralement du zombie en bikini ou uniforme scolaire (TU LE SENS BIEN, LE NAWAK JAPONAIS !?). Je fais des cookies à la première personne qui trouve le jeu loufoque dont j'ai donné une pseudo-description. OuPasEnVrai.

    J'ai principalement évoqué le terme jeu. Car même si les zombies ont aussi envahi nos écrans (cc la série The Walking Dead) ou nos livres (cc le comic The Walking Dead), je vais me consacrer à la partie jeu vidéo. Et vous allez très vite comprendre pourquoi. Mais peut-être que je me permettrai une petite digression film en fin d'article ... À voir.

    Revenons-en à ma passion pour le déchiquetage de zombies. Que ce soit à coup de fusil à pompe (pour répandre plus facilement le contenu interne du zombie), à coup de couteau (pour la jubilation de le destroy oklm au couteau), ou bien encore à coup de poing (MÊME PAS PEUR DE ME SALIR LES MAINS !), le zombie est toujours prêt à finir détruit. On ne sait pas si il aime cela (Hum, le maso~) ou si il a perdu un pari et se retrouve obligé à servir de punching ball, mais toujours est-il que le zombie finit très souvent en chair à pâtée (ou à canon, au choix). Mais saviez-vous que le zombie, dans sa grande quête de destruction (?) du monde, a toujours eu un petit faible pour essayer de se diversifier ?

    Et bien oui, il existe deux types de zombies : le mort (le FAMEUX cadavre ambulant que l'on se refuse de côtoyer), et le vivant. Et là, je vous voir débouler avec vos gros sabots en hurlant : COMMENT CA UN ZOMBIE VIVANT !? Déjà de un, tu fermes ta gueu bouche, et de deux, tu fermes ta bouche. Mon article, mes envies. Et comme tu ne sais pas de quoi je vais parler, tu te tais. PCHUT !

    Don't even dare to try me ... Asshole !

    Il existe bel et bien des zombies vivants. Car quand on regarde de plus près le patern d'un zombie, il erre hagard à la recherche de nourriture. Et là où le cliché est absurde, le zombie va planter ses dents dans la chair avant d'atteindre le cerveau. Donc, avant de voir ton cerveau siphonné par un zombie, tu seras juste mort(e) d'hémorragie AVANT !

    Et bien, pour les zombies vivants, quand on y regarde vraiment de plus près, on se rend compte que eux aussi ils errent hagard à la recherche de nourriture. Certes pas le même type de nourriture. Mais cela reste quand même dans l'idée.

    C'est sur ces deux principes qu'a surfé la saga Resident Evil. Je base cette analyse foireuse sur les 7 premiers jeux (de Resident Evil 0 à Resident Evil 6), en plus des quelques spin-off sortis dans la même période que les 7 jeux. Je n'ai pas fait le 7, car il ne m'intéressait pas (entre le changement de point de vue, et un genre de reset de l'univers. J'AI DIT UN GENRE DE RESET !), et il manquait le genre de personnages qui auraient fait que même si on changeait de point de vue, j'aurai quand même joué. Enfin bref, cela n'est pas le but de cet article.

    Quand on parle de Resident Evil, on pense très fréquemment aux zombies. C'était l'un des premiers jeux (en vrai, la flemme de vérifier si y'en a eu d'autres avant mais bref, on fait genre y'en a pas eu d'autres avant) à proposer du cassage de zombies méticuleux. Et oui, au départ, il n'y avait cette impression de munitions illimitées. Il fallait tout doser au mieux. Même le couteau de survie pouvait se casser (et souvent quand il ne faut pas). Aujourd'hui, un petit peu de temps de jeu, et après un investissement bien fait, on a le droit aux munitions illimitées (ah, les bonnes vieilles sessions RE5 en mode LANCE-ROQUETTES).

    Le zombie a eu droit à sa petite évolution. Du simple J'VAIS T'MANGER au plus fort J'VAIS T'CRACHER À LA GUEULE, il a bien évolué. On a même eu le droit à la phase vivante de la bestiole. Ce qui rendait plus jouissif le fait de les DÉFONCER à la pelle.

    SERVOOOOOO~MÊME PAS EN RÊVE !

    Le zombie est une espèce très répandue dans l'univers Resident Evil. En effet, dans les 4 premiers opus (dans la chronologie interne à la saga), on se retrouve très très vite face à eux. On remerciera notre bon vieux Barry et son Magnum de s'occuper de sauver le cul de la petite Jill à la rencontre du premier zombie dans RE1. Et même si il "disparaît" temporairement, on le retrouve quand même (mais sous une nouvelle forme) dans les 3 trois opus suivants. Adieu le cadavre ambulant (enfin, presque...) et bonjour les gens lobotomisés qui se comportent comme des zombies !

    Les zombies sont une histoire de famille. Tous les grands noms de l'univers RE y sont mêlés. Que ce soit en tant que créat chercheur étudiant le virus créant les zombies, ou en tant que victime devant survivre face à l'invasion. Et ne parlons pas des parents chercheurs qui utilisent leurs propres enfants comme cobaye ... Histoire de bien bien y mêler sa famille ...

    Enfin bref, toujours est-il que j'aime beaucoup éclater du zombie. Surtout quand le jeu te le propose bien sagement. Le mode MERCENAIRES. Introduit (de mémoire) à partir de Resident Evil 4, ce mode vous permet de tabasser le plus de zombies (et/ou créatures zombie-like) possible dans un temps imparti. Vous pouvez influencer le temps imparti en cherchant des trucs à casser qui rajoute du temps au chrono, ou en tuant des zombies (en faisant certaines  morts particulières, vous pouvez aussi influencer la quantité de secondes que vous récupérez).

    Pour les non-anglophones :
    Léon, que fais-tu ?
    JE SAUVEGARDE !

    La saga Resident Evil a aussi été déclinée au cinéma. Il y a une saga de films RE avec Milla Jovovitch en actrice principale. Mais je n'aime pas cette saga. Trop de différences avec les jeux (même si il y a du bon dans ces films ...).

    Non, je vais parler des films d'animation Resident Evil. Qui sont des entre-deux, des liens entre les jeux. Des suites. Des fins. Des commencements. Il y a en eu trois. Et, quand on regarde les détails d'un peu plus près, on se rend compte que ... Le zombie aime bien se faire massacrer à la pelle.

    Enfin bref, je suis fan de la saga Resident Evil, et tout ce qui canon avec les jeux vidéos (je parle des films d'animation hein). Vous pouvez me retrouver parfois devant RE6 ou RE5 sur PC (ami(e)s ayant Steam, passez me voir de temps en temps !) ou sur le remake de RE2 sur PS4.

    T'es prêt pour le masacre ?
    Wai. Et toi ?
    Ouais.

     


     

    Cet article est sponsorisé par le casting de la saga jeu vidéo Resident Evil, avec :

    1. Jake Muller
    2. Licker et Claire Redfield
    3. Léon S. Kennedy et Ashley Graham (parodie de Smosh)
    4. Chris Redfield et Léon S. Kennedy

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :